fren

Vallée des roses :


Si la Vallée des Roses offre un charme tout particulier pendant la période de la floraison des roses, son charme s'opère tout le long de l'année.


Chaque saison a son attrait : l'été, le climat de la montagne et les bains en rivière apportent de la fraîcheur à ceux qui suffoquent dans la plaine; au printemps a lieu la floraison des roses; en automne, le ciel pur permet de contempler la voûte étoilée et de bénéficier de températures idéales; en hiver, les journées sont ensoleillées et fort agréables pour les excursions à pieds ou en 4X4, à dos d'âne, en VTT etc ....

La Vallée des Roses est située aux pieds du Haut-Atlas marocain, à la jonction de la Vallée du Dadès. Elle est irriguée par la rivière Asif M'Goun et Kelaa M'Gouna en est l'accès principal.
La culture de la rose se répartit sur deux zones géographiques distinctes : la première débute à environ 10 km du village de Kelaâ M'Gouna et se poursuit sur 10 km pour terminer aux abords de Boulmane Dadès.


La deuxième zone de culture, et de loin la plus importante et touristiquement intéressante, débute à Kelaâ M'Gouna et se poursuit par une route départementale qui remonte plein nord jusqu'au village de Bou Tharar à son extrémité, soit environ une trentaine de kilomètres ininterrompus de culture de roses le long de l'oued. Cette vallée verdoyante, encaissée aux pieds d'un canyon aux teintes ocre, offre un spectacle de toute beauté et fait partie des sites touristiques majeurs du Maroc.


Depuis Marrakech, prendre la célèbre route touristique du col du Tizi n'Tichka jusqu'à Ouarzazate (190 km), au sommet du col, qui culmine à 2260 m. Les influences océaniques de l'Atlantique s'y arrêtent net. A partir de là, ce sont les influences sahariennes qui dominent, le contraste est saisissant !


Une fois à Ouarzazate, principale ville carrefour du grand sud marocain, connue pour ses studios de cinéma et la Kasbah Taourirt située aux pieds de la Médina, prendre la nationale N10 en longeant le lac en direction de Skoura, la célèbre palmeraie, pour atteindre, par une belle route assez rectiligne, le village de Kelaâ M'Gouna (80km). Les kasbahs en pisée se fondent dans ce superbe paysage tout au long du parcours.

Culture des roses


La Vallée des Roses est irriguée par la rivière Asif M'Goun, qui prend sa source sur le massif montagneux du M'Goun tout proche, dont le sommet est le mont Ighil M'Goun, qui culmine à 4071 m. Les habitants y pratiquent, sur de petites parcelles de terre, une agriculture de subsistance principalement basée sur la culture du blé, de la luzerne pour le bétail, et des arbres fruitiers. Des bouleaux sont aussi plantés pour être utilisés comme bois de charpente.


Ces lopins de terre sont tous délimités par des haies de rosiers de Damas sauvages, de l'espèce botanique Rosa damascena, qui offrent une excellente protection contre les ruminants qui pourraient les endommager. Une multitude de canaux d'irrigation irriguent ces parcelles de terre.


Les roses sont une culture d'appoint qui revêt une grande importance pour les populations. C'est une source de revenus substantielle pendant la période des roses, qui commence aux environs du 10 avril et se finit aux alentours du 20 mai, en fonction des conditions climatiques.


Tous les matins, avant les premiers rayons du soleil, les cueilleurs et cueilleuses s'affairent à détacher les premiers boutons de roses et les roses écloses, et les déposent dans un sac de coton ou de jute. Il est important de les cueillir tôt le matin ou en fin de journée, car le soleil diminue le rendement olfactif des roses. La cueillette est ensuite ramenée dans les kasbahs pour procéder à un premier triage.


Après triage, les boutons de rose sont mis à sécher sur les toits des kasbahs en terre pendant 2 jours, et leur séchage continue ensuite dans des pièces bien ventilées pendant encore 1 mois. Le climat d'altitude très sec permet un bon séchage des roses, car l'humidité les fait pourrir irrémédiablement.


Séchées, les roses servent à confectionner des pots-pourris embaumants. Distillées fraîches, on en obtient de l'authentique hydrolat de rose, appelé aussi « eau florale » ou « eau de roses », utilisé localement pour les ablutions ou pour aromatiser certaines pâtisseries. On en tire aussi de la concrète de rose pour l'industrie du parfum de qualité, ainsi que de l'huile essentielle. Cette essence de rose aux vertus incomparables soigne aussi bien le corps que l'esprit, c'est une reine de beauté.


Le spectacle des cueilleurs butinant les fleurs aux aurores, telles des abeilles, sous la frondaison du verger et au doux son aquatique des canaux d'irrigation, est un pur moment de bonheur.

 

Fête de la Rose


La Fête de la Rose ou Moussem des Roses se déroule le deuxième week-end de mai et dure deux jours. De nombreuses festivités ont lieu, des groupes folkloriques s'y produisent ainsi que l'élection de Miss Roses, qui défile ensuite dans un char décoré. Des commerçants de toute la région viennent y vendre leurs spécialités ainsi que des produits issus de l'artisanat. Cette fête un peu « kitch » mériterait de mieux représenter la rose en lieu et place des fleurs en plastique et des arômes synthétiques de rose. Préjugeons que, dans un avenir proche, elle deviendra un véritable hymne à la rose.

 

Climat


Dans la Vallée des Roses, il fait beau toute l'année et l'ensoleillement est maximal. Du fait de l'altitude moyenne de la vallée, 1650 m au village de Tazroute ou de Hadida, l'air ambiant y est sec et frais. Le printemps et l'automne sont superbes, on ne transpire pas, il peut même faire frais le soir. Juillet et août sont, par contre, plus chauds, mais pas suffocants comme à Marrakech; l'altitude et la proximité du massif montagneux M'Goun tempère bien le climat. L'hiver y est frais mais les journées sont ensoleillées et la température continue à être agréable. Les pluies sont rares.


De nombreuses excursions, encadrées par un accompagnateur ou un guide expérimenté, sont possibles au départ des villages Tazroute, de Hadida et de Bou Tharar (village authentique tout droit sorti d'une carte postale d'un Maroc qui n'aurait pas changé : kasbahs et maisons de terre, avec au bord de l'oued oliviers, grenadiers, pommiers et champs de roses). Car ici, nous sommes au cœur de la vallée des roses, pour rejoindre le sommet de l'Ighil M'Goun, les gorges d'Agouti, les gorges d'Ait mrou, ou les gorges plus célèbres du Dadès et de Todra. La Vallée des Roses se trouve au confluent des sites les plus importants du sud marocain comme les dunes de Merzouga, la Vallée du Drâa vers Zagora et M'Hamid, ainsi que le Jbel Saghro, entre le Haut-Atlas et le désert du Sahara.